Chargement de la page en cours... 


peuples et cultures

Les Mozabites


LES MOZABITES
Les Mozabites, population du sud de l'Algérie évaluée au début des années quatre-vingt à quatre-vingt-dix mille individus, se définissent essentiellement par leur habitat géographique, le Mzab, et par leur doctrine religieuse : aux yeux des musulmans orthodoxes, ce sont des membres de la secte ibadite
LES FEMMES MOZABITES

Les femmes constituent la racine de la société mozabite. Il leur était interdit par le passé de quitter le Mzab. Cependant, cette pratique commence à changer, certaines pouvant accompagner leur mari dans les activités commerciales hors des sept cités.

 

Elles forment une caste particulière. Elles ont un culte particulier, une sorcellerie et même des expressions particulières qui ne sont pas enseignés aux hommes. La séparation d’avec les hommes est totale, ce qui leur confère une certaine autonomie. On retrouve une hiérarchie parallèle à celle des hommes, même si elle ne se constitue pas en assemblées officielles. En haut de la hiérarchie on trouve cinq laveuses de morts, qui ont la même fonction pour l'ensemble des femmes que leurs homologues masculins.

 

Pour toutes les décisions importantes se tiennent des réunions de vieilles femmes. Cependant, ces réunions ne sont pas décisionnelles, elles se contentent de transmettre un avis a l'assemblée d'homme décisionnelle. Leur rôle ne porte que sur les affaires des femmes, donc les éventuelles sanctions contre celles d'entre elles qui auraient accompli une faute. Les affaires de la cité et les affaires religieuses sont du seul ressort  des hommes.
Dans la société ibadite, les femmes sont très séparées des hommes. Elles vivent essentiellement dans leur maison, tandis que les hommes passent la plus grande partie de leur vie derrière le comptoir de leur épicerie:les femmes ont elles aussi leur assemblée, l’assemblée des timsiridines, qui comprend notamment un certain nombre de laveuses des morts.

La femme qui sort dans la rue doit être totalement cachée sous son voile, le haïc, qui ne laisse apparaître que l’œil gauche.

 

 

Alors que les mozabites sont des musulmans très pieux, ils ont donc conservé des traditions imazighen anciennes. Cependant, concernant le droit, c'est le droit coranique qui leur est appliqué, comme aux hommes. Elles ont droit à une part d'héritage équivalent à la moitié de celle des hommes.
 Il y a huit villes ibadites: l  El-Ateuf, fondée en 1012,  Bou-Noura (1046), Ghardaïa (1048), Beni-Isguen (1347) et Melika (1350) -- et deux villes éloignées de quelques dizaines de kilomètres et de fondation plus récente: Guerara (1631) et Berriane (1690); et enfin Ouargla, bâtie à côté de l’ancienne capitale ibadite de Sedrata, où les Ibadites sont en fait aujourd’hui très minoritaires.
 Ce Conseil fédéral constitue un pouvoir islamique collégial unique dans le monde actuel, très proche de l’idéal des Salafiyn (les Anciens, des premiers temps de l’Islam), qui fondent la légitimité du pouvoir sur le suffrage, la compétence, la consultation, l’intégrité, et le sens des responsabilités... Tous les détails de la vie quotidienne des Ibadites sont réglés par ce gouvernement islamique, depuis la quantité d’or donnée en dot à une femme -- au maximum 60 grammes -- jusqu’à la durée de la fête du mariage -- trois jours. Évidemment, il est interdit de boire de l’alcool, mais il est aussi défendu de fumer.
 


RETOUR