Chargement de la page en cours... 


Histoire : SAVIEZ - VOUS QUE

L’Allemagne signe l’armistice

11 novembre 1918 :
L’Allemagne capitule, c’est le 1 561e jour de la Grande Guerre. Après de longuesdélibérations dans la nuit du 10 au 11 novembre, l’armistice est signé entreles Alliés (représentés par le Maréchal Ferdinand Foch et le général MaximeWegand) et les Allemands (représentés par l’Amiral Rosslyn Wemyss) à 5 heuresdu matin. Une des conditions immédiates de l’armistice : évacuation par lesAllemands de la Turquie. (L’Allemagne doit également accepter l’occupation dela rive gauche du Rhin, son Armée doit livrer ses armements et sa flotte, etses troupes évacuer tous les territoires envahis, etc.) À 11 heures ce 11novembre 1918 : le feu cesse sur tous les fronts ! « C’est peut-être le plusbeau jour pour les hommes, commente un journal français, depuis qu’il y a deshommes. » Le Premier ministre britannique Lloyd George souhaite aux Communes :« J’espère que cette matinée mémorable a vu la fin de toutes lesguerres.»    

 

12 novembre 1918 :

En ce premier jour de paix, le Maréchal de France et commandant en chef des Armées alliées, Ferdinand Foch, écrit dans une proclamation aux troupes alliées : « Vous avez gagné la plus grande bataille de l’histoire et sauvé la cause la plus sacrée... la liberté du monde. Soyez fiers ! D’une gloire immortelle vous avez paré vos drapeaux. La postérité vous garde sa reconnaissance. »

Bilan, chiffres et pertes

Première Guerre mondiale : 1914 – 1918

 

La Guerre de 14-18 fit dans les armées 8 500 000 morts et 2 100 000 blessés. Parmi les civils, on estime qu’environ 10 000 000 périrent du fait de la guerre, directement ou indirectement. La Russie... perdit 1 700 000 soldats (sur 12 millions de mobilisés). L’Angleterre... 900 000 soldats (sur 8 millions 900 milles mobilisés). L’Italie... 650 000 soldats (sur 5 millions 600 milles mobilisés). Les États-Unis... 115 000 soldats (sur 4 millions 350 milles mobilisés). La Roumanie... 335 000 combattants (sur 1 million 500 milles mobilisés). L’Allemagne... 1 770 000 combattants (sur 11 millions de mobilisés). La Turquie... 325 000 soldats (sur 2 millions 850 milles de mobilisés). La Bulgarie... 87 000 guerriers (sur 1 million 200 milles soldats mobilisés). La France... (que nous citons en dernier afin de donner un exemple de contradiction atroce touchant le nombre des mobilisés, et par conséquent de la valeur aux yeux de leur Patrie pour laquelle ces braves héros n’ont pas marchandé leur vie) : « Sur huit millions de mobilisés, plus de deux millions de jeunes hommes ne revirent jamais le clocher de leur village natal. » (Paroles de Poilus, lettres et carnets du front, Éditions Librio, 1998, page 6) « La guerre fit dans les armées françaises 1 million 350 milles morts. » (Le Petit Robert, 1991, article Première Guerre mondiale, page 780) Enfin, laissant de côté les ânes, les mulets et les chameaux, pour ne citer que les chevaux, car dans cette guerre de bêtes sauvages on oublie souvent de citer la bête noble : « Des dizaines de millions de chevaux furent mobilisés, et partirent pour le front sans jamais revoir leur chère étable. »

28 juin 1919 :

Signature du Traité de Versailles entre l’Allemagne et les Alliés ; dans les clauses duquel est également confirmé le partage du Proche-Orient et de la Mésopotamie en deux zones d’influence française et britannique.

 

[Inaugurée le 18 janvier 1919, la Conférence de Paris aboutit au honteux Traité de Versailles qui humilie un peu trop l’Allemagne, signé, cinq mois et dix jours plus tard dans la célèbre galerie des Glaces, le 28 juin. Ce mardi d’été 1919 marque aussi le cinquième jour anniversaire de l’attentat de Sarajevo contre l’archiduc héritier d’Autriche François-Ferdinand et sa femme Sophie. Le traité de paix avec l’Allemagne comporte 200 pages et 440 articles : l’Allemagne (« seule responsable de la guerre avec ses alliés ») perd ainsi 13 % de son territoire national et 10 % de sa population. Tel était le but de Georges Benjamin Clemenceau (surnommé « le Père la Victoire » ou « le Tigre ») et qui nourrissait une haine viscérale envers les Allemands : détruire par tous les moyens disponibles, humilier, appauvrir et paralyser économiquement, démographiquement et militairement l’Allemagne. Il venait de créer une bombe à retardement nommée Hitle

2 octobre 1919 :

En France, la Chambre des députés ratifie le Traité de Versailles et ses clauses militaires, économiques et territoriales concernant l’Allemagne et les pays vaincus de l’Entente.

 


RETOUR